Patrick Weil Le sens de la République (Grasset 2015)

Partant de la crise dont les attentats de janvier sont l’illustration, P. Weil apporte des réponses (« nous voulons ici prendre au sérieux toutes les questions, toutes les interrogations et y répondre » p. 10), et ces réponses convergent vers une bonne nouvelle  (« fondée sur l’universalisme égalitaire de tous ses citoyens la République n’a rien à craindre de sa diversité » p. 161). Ce livre est donc un parcours où la République – au principe des réponses – reçoit une définition, que P. Weil oppose à de multiples malentendus, sous la condition d’une vraie connaissance de l’histoire.

Une vraie connaissance, car il en est de tronquées, qui, parce qu’elles sont telles ajoutent la crise à la crise. Ainsi ces faux intellectuels ignorant en particulier l’histoire de l’immigration – c’est-à-dire ce registre qui est celui de la confrontation de la République à ses autres qui développent alors des fantasmes. Mais aussi de vrais intellectuels tels que les signataires du manifeste « Liberté pour l’histoire », pris eux aussi dans le tourbillon des fantasmes : la loi Taubira montre ainsi Weil ne fait que reprendre une disposition datant au moins de Schoelcher. Nul communautarisme en l’occurrence mais seulement l’esprit républicain, un Républicain ne saurait être esclavagiste. Ou bien encore fantasmes relayés par de grandes figures, dont De Gaulle, qui plonge dans l’insécurité les Pieds noirs, les Harkis, les Juifs (avec son discours de 67).

Mais l’histoire est-elle si belle, la République bien comprise, bien enseignée est-elle le mot qui résiste à l’avenir. Le lecteur peut douter. Cependant Patrick Weil plaide bien, sur le fond d’un savoir impressionnant : et après tout on a envie de le croire.

Petites colonnes

Patrick Weil, historien et politologue est directeur de recherche au CNRS et a consacré sa recherche à l’histoire de l’immigration. Parmi ses nombreux livres je signalerai La France et ses étrangers Calmann-Lévy 1991, Qu’est-ce qu’un Français ? Folio Histoire, 2004, Liberté, égalité, fraternité, discriminations, Grasset 2008, et la direction, avec Jacqueline Costa-Lascoux d’un collectif Logique d’Etats et immigrations Kimé 1992

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :