Agression antisémite : notre affaire à tous

L’agression antisémite du 21 juin dans le XIX arrondissement ne fait pas que soulever le cœur, elle inquiète profondément. L’enquête apportera sans doute ses précisions mais il est à craindre que les jeunes agresseurs se soient sentis investis d’une mission vis-à-vis du conflit du Proche-Orient. Cette attitude est folle : la brutalité sans mesure qui s’est donnée libre cours dans l’agression de samedi ne se justifie par rien ; le racisme ou l’antisémitisme ne se justifient par rien. Les jeunes qui se livrent ainsi à cette folie ne disent nullement plus haut ce que beaucoup penseraient tout bas, ils affaiblissent au contraire, décrédibilisent, détruisent  le socle moral de la société républicaine. Ce qu’ils font en l’occurrence, et ce que laissent faire ceux qui consentent vaguement aux slogans, aux énoncés antisémites ou à résonance antisémite qui deviennent culturels dans  certaines banlieues (ainsi l’usage récurrent et péjoratif de l’adjectif « feuj »), parce que cette nouvelle culture serait celle d’une population perçue comme déshéritée, n’a rien à voir avec la réalité israélo-palestinienne, mais a tout à voir avec l’antisémitisme le plus bête et le plus ignoble, lequel contribue de surcroît à brutaliser la société française et à y acclimater par choc en retour le racisme.

Je voudrais conclure par une remarque, importante pour une association comme la Licra : il faut essayer de se dégager du piège des réactions communautaires, l’antisémitisme n’est pas que l’affaire des Juifs, le racisme n’est pas que l’affaire des Arabes ou des Noirs. Or cela, nous avons beaucoup de mal à l’admettre, jusque dans nos meilleures intentions : lorsque par exemple nous identifions les associations de lutte contre le racisme à partir des communautés qu’elles défendraient (par exemple la Licra, perçue souvent comme association juive)  ou lorsque des organismes publics vont déléguer telle personnalité maghrébine ou noire pour s’occuper du racisme, ou juive pour s’occuper de l’antisémitisme ou du souvenir de la Shoah. Mais non ! Le racisme et l’antisémitisme – ici, l’antisémitisme, dans l’agression du XIXème arrondissement – sont l’affaire de chacun.

Alain David

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :